3 minutes avec Pascal Clerc, Directeur Général de CBE Group

Pascal Clerc, l’actuel Directeur Général de CBE Group, revient sur ses 15 ans de carrière au sein de l’entreprise. Ingénieur des Arts et Métiers, il a intégré CBE en 2005. La petite PME de l’époque avait déjà prouvé sa valeur en remportant le contrat des moules de voussoirs pour le Tunnel sous la Manche, et cherchait à mieux se structurer pour libérer son potentiel.

Pascal Clerc, Directeur Général de CBE Group

Depuis combien de temps travaillez-vous chez CBE ?

Je travaille chez CBE depuis novembre 2005, je suis arrivé dans le cadre de la reprise de la société par Didier Lefebvre cette année-là. L’entreprise était alors située à La Riche. Le but de mon arrivée était de donner un second souffle à l’entreprise, de structurer l’équipe pour des développements ultérieurs, et de consolider le savoir-faire et l’expérience de CBE.
J’ai tout d’abord été Directeur des Opérations ; à mon arrivée, il y avait déjà une trentaine de salariés, dont une vingtaine dans les bureaux. Les ateliers étaient dispersés, on commençait à mettre des bungalows à l’extérieur car tout devenait très étriqué. On a rapidement recentré toute la production à l’Ile Bouchard. Il y avait une forte charge de production déjà à l’époque, et on pouvait monter très rapidement en capacité de production. Mais les autres postes, notamment la logistique, étaient très compliqués à gérer. Tout le monde devait mettre la main à la pâte pour s’adapter. C’était vraiment une époque où il a fallu faire franchir un palier à CBE. Nous avons déménagé à Saint-Avertin en 2007, et je suis devenu Directeur Général assez rapidement.

Quel est votre rôle au sein de la société ?

Actuellement je suis toujours Directeur Général, plus particulièrement en charge de la technique. Le contenu de mon poste a évolué au fil des ans, au même rythme que CBE d’ailleurs. C’est un métier qui demande pas mal de réflexion, mais il faut aussi beaucoup s’impliquer, être un acteur à part entière. S’occuper de la technique, cela veut dire aussi s’intéresser au chiffrage, à la partie études, aux achats, à la production, à la logistique, aux interventions… Tout en gardant en tête la volonté de faire croître l’entreprise, et en prenant les bonnes décisions.

Vous êtes rentré chez CBE en 2005 : les clients d’alors et les clients de 2020 posent-ils les mêmes questions ? Sont-ils toujours les mêmes ?

On a toujours deux types de clients, avec un éventail très varié au niveau des connaissances : cela va de l’entreprise ou du groupement qui n’a jamais produit de voussoirs, jusqu’à ceux qui en font depuis aussi longtemps que nous, et qui ont su passer leur expérience en interne. Ceux-là deviennent même parfois moteurs dans l’évolution des techniques.
CBE doit constamment s’adapter à toutes ces formes de clientèle, et continuer à être une force de proposition sur de nouvelles techniques de production, et sur les solutions à mettre en œuvre pour que le client ait la meilleure d’entre elles. C’est pour cette souplesse d’adaptation que les clients s’adressent à nous.
Ce qui a vraiment changé, par contre, c’est la gestion contractuelle des projets : avant, tout était basé sur l’expérience. Cela peut être un frein, parce qu’on perd beaucoup de vue l’opérationnel en procédant de cette façon, mais c’est aussi une façon d’être plus rigoureux dans les relations client/fournisseur. Cela permet aussi d’anticiper les risques. En tout cas, l’évolution est là, qu’on l’aime ou pas, et il faut absolument s’adapter.

En tant que Directeur Technique de CBE, quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqué ces 15 dernières années ?

Je parlerais autant d’évolutions que d’innovations. Même si ce n’est pas spectaculaire, nous avons toujours amélioré nos produits. Certains peuvent avoir l’impression que nos moules n’ont pas bougé depuis 25 ans, pourtant beaucoup de choses ont changé. Dès mon arrivée en 2005, on a lancé la 3D, pour le dessin et le contrôle de nos moules… On a innové sur beaucoup de petits points techniques.
Le premier carrousel brise-lames a été marquant pour moi, en 2014 ; il a fallu essuyer les plâtres, c’était une première mondiale. Les premiers robots aussi ont été très importants, on y a réfléchi pendant plusieurs années. Les débuts ont été chaotiques, mais nous avons réussi à mettre en place une solution efficace. Souvent, dans les innovations, l’envie du client doit être présente aussi, c’est lui qui va nous permettre de faire des essais sur son projet.
Je retiens enfin la digitalisation, avec notamment la traçabilité : le chemin est désormais initié, c’est dans cette direction qu’il faut avancer.

Quel est pour vous l’événement le plus marquant au sein de l’entreprise ?

Le plus marquant pour moi, c’est la création de l’usine à Yangling. Je suis arrivé chez CBE pour vivre une aventure industrielle et humaine, j’ai été servi. Il y avait un potentiel qu’on pouvait imaginer mais sans idée précise de ce qu’on allait faire.
En 2006, on entendait parler de quelques projets en Chine, on sentait qu’il y avait des choses à faire là-bas, que le marché du tunnel était naissant. Il n’y avait aucune concurrence locale ! La question de notre présence plus forte sur le marché chinois s’est vite posée, mais il fallait trouver aussi comment on pouvait s’organiser. C’était une vraie aventure, sans aucune référence sur laquelle se baser, il a fallu tout imaginer. On a tout de même eu un partenaire chinois au début et ouvert un bureau à Pékin. On fabriquait à la fois en Chine chez cet industriel, et en France. On faisait les joues usinées en France, qu’on expédiait en Chine. Rétrospectivement, c’est fou de se dire que ça date d’il y a à peine 15 ans.
Le besoin d’autonomie s’est rapidement déclaré et nous avons réussi à nous implanter en Chine en tant qu’entreprise française, sans capital chinois. C’était une aventure humaine extraordinaire : on part avec plein d’idées mais la mentalité est complètement différente. La rencontre entre les deux cultures a été un choc, mais d’une richesse folle, c’était passionnant comme tout ce qui se passe dans notre domaine d’activités et chez CBE.

CBE Group, expert en solutions pour le tunnel, vous propose du sur mesure pour l'optimisation de votre projet. N’hésitez pas à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou nous demander un devis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies à des fins de statistiques de visites.